Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Un Jour, Une Musique.

Schönberg, c'est comme la salade.

31 Mai 2016 , Rédigé par Léonard Sanchez Publié dans #Classique - Baroque - Romantique

Le système n'est pas celui de l'esprit absolu mais celui de l'esprit le plus conditionné, de ceux qui en disposent et ne peuvent même pas savoir à quel point c'est le leur.

Theodor W. Adorno

Peinture d'Arnold Schönberg (1874-1951)
Peinture d'Arnold Schönberg (1874-1951)

Titre : Verklärte Nacht (Par Boulez)

Artiste : Arnold Schönberg

Genre : Le débat commence ici.

Origine : Autriche/Hongrie

Pourquoi ?

Quand faut y aller...

Aujourd'hui, je vais vous parler d'Arnold Schönberg, LE précurseur. LE décadent. LE compositeur le plus révolutionnaire de l'histoire de la musique. Il serait trop long d'expliquer en détail les particularités de ses œuvres, d'autant plus qu'il faut nécessairement des bases théoriques avancés (que je n'ai pas...) pour bien la comprendre. Je vais donc vulgariser.

Schnönberg fait (en partie) de la musique atonale, en opposition à la musique tonale que vous avez l'habitude d'écouter (avec la musique modale). Pour vulgariser encore plus. Schnönberg est à la musique classique ce que Picasso est à la peinture. Ce qu'il fait vous paraîtra toujours abstrait si vous n'avez pas les outils ou/et la compréhension artistique nécessaire.

Imaginez. Vous avez l'habitude depuis votre plus tendre enfance. A entendre des musiques, des sons, qui se suivent de manière arbitraire, décidé par l'évolution sociétale et culturelle des siècles précédents (certains disent naturelle). L'harmonie... la mélodie... les gammes... les hauteurs de notes... tout est scrupuleusement ancré dans un système musical. Des lois purement théoriques.

Imaginez maintenant. Que l'on sorte de ce système. Qu'on l'explose sans vraiment savoir où l'on va puisque... sortir du connu, c'est se diriger vers l'inconnu... je vous l'assure. Vous allez avoir très mal. Très mal aux oreilles. Votre esprit habitué ne vas pas réussir à assembler ce puzzle de note qu'il entend. Il va trouver ça angoissant, dissonant, perturbant, il va être totalement perdu, dans le noir musical, sans repère. Et pourtant...

La musique de Schönberg obéit à des règles strictes et contraignante... aussi arbitraire que les autres systèmes, la différence est donc dans le choix. LE choix de créer. LE choix de faire quelque chose de nouveau. LE choix d'aller plus loin, beaucoup plus loin.

Est-ce élitiste ? Certainement.

Est-ce pertinent ? Probablement.

Est-ce révolutionnaire ? de A à Z.

Pourquoi la salade ?

Quand j'écoute la musique de Schönberg et que j'écoute ensuite une musique plus classique (dans tout les sens du terme), mon acuité auditive est décuplé... comme si mon oreille avait fait l'effort de comprendre et qu'elle était dorénavant plus attentive, plus concentrée. Telle la salade qui ouvre l'appétit. Schönberg m'ouvre les oreilles.

Verklärte Nacht (la nuit transfigurée, le 1er mouvement) n'est pas une composition atonale... enfin... elle est hybride. Schönberg l'a écrite à 25 ans seulement (pour sa promise) et il n'était pas encore arrivé à maturation musico-intellectuelle. J'en reparlerais... J'en reparlerais...

Que les musiques soient avec vous, chaque jour.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article