Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un Jour, Une Musique.

Captain Fantastic.

2 Novembre 2016 , Rédigé par Léonard Sanchez Publié dans #Cinéma - Série

Si la liberté d'expression se limite aux idées qui nous conviennent, ce n'est pas la liberté d'expression.

Noam Chomsky

Captain Fantastic (2016)

Titre : Sweet Child O'mine

Artiste : Slash & Miles Kennedy

Genre : Folk rock

Origine : Angleterre & Etats-Unis

Pourquoi cette musique ?

Je ne partage pas aujourd'hui la version originale de ce célèbre titre des Guns & Roses sortie en 1987 sur le mythique Appetite For Destruction mais d'une version acoustique datant de 2010 où le duo Slash et Miles Kennedy nous livre une sublime performance. Le guitariste au chapeau est comme à son habitude, toujours au top et l'américain M.Kennedy rivalise sans mal avec Axl Rose, avec un chant beaucoup moins criard et aigu que l'inimitable chanteur au bandeau. Mais si je vous parle de ce titre aujourd'hui et particulièrement en acoustique, c'est bien pour vous parler d'un film ! Captain Fantastic !

 

Pourquoi ce film ?

Captain Fantastic qui est sorti le mois dernier (Octobre 2016) au cinéma et qui est produit par Matt Ross décrit l'histoire d'un père de famille (l'excellent Viggo Mortensen) qui vit utopiquement (néologisme) avec toute sa famille dans la nature, loin de toute civilisation. Il s'agit donc au début du film de suivre leur manière de vivre, chasse, méditation, éducation avancée et autonomie alimentaire jusqu'au moment où un événement devra les contraindre à retourner à la civilisation pour quelques jours...  

Le film est bon et mauvais à la fois. Il est bon car il aborde des thèmes très rarement abordés sous cet angle là au cinéma comme l'éducation, la pression sociale et religieuse et la notion de la mort et du deuil. Cependant, même si j'ai passé un bon moment et que je ne me suis pas ennuyé face aux péripéties de ces sympathiques personnage; objectivement... le film accumule les clichés et force trop explicitement la confrontation entre deux idéologies que tout oppose; le message est trop direct, pas assez profond, le personnage du père en devint absurde et irresponsable, voir puéril alors qu'il est censé avoir une ouverture d'esprit et une éducation très honorable. Certaines scènes sont ridicules, d'autre choquantes (dans le bon sens du terme), beaucoup très drôle. 

Vraiment dommage que le propos se perde et qu'on ne sait plus trop où veut en venir le réalisateur. Le film développe des relations de personnages très intéressantes mais c'est trop simple de montrer une famille de marginaux comme étant extrêmement intelligente et débrouillarde et de montrer la famille moyenne américaine comme vénale et superficielle. C'est trop simple et bien dommage.

Dernier reproche et GROS reproche : la condition animale putain de merde. La mère de famille se dit bouddhiste et elle laisse ses enfants dépecés des castors pour s'amuser et chasser au couteau des gros gibiers ? Non je suis désolé. Les bouddhistes ne vivent pas comme ça... Le point noir du film. Il ne suffit pas de montrer un mala tibétain et de vouloir être incinéré à sa mort pour dire : "elle était bouddhiste donc forcément ouverte et sympa". C'est un peu ce qui montre que le film... est... brouillon intellectuellement. 

 

Pourquoi aujourd'hui ?

J'ai pas été très cool avec le film mais j'ai vraiment passé un bon moment, on rigole souvent face à des situations délicieuses comme lorsque la gamine dit en voyant pour la première fois des gens en surpoids : "pourquoi tous ces gens sont malades ?".

Concernant Sweet Child O'Mine, cette musique est joué (sans amplificateur bien sûr) à un moment important du film, et c'est beau. Très païen ce message là.

Que la musique soit avec vous, chaque jour !

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article