Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un Jour, Une Musique.

À quand le réveil ?

3 Mars 2017 , Rédigé par Léonard Sanchez Publié dans #Rap Français

“A vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes.”

John Fitzgerald Kennedy

Rêvolution (2017)

Titre : Grands rêves, grandes boites

Artiste : IAM

Genre : Rap Français, Hip Hop

Origine : Marseille

MembresAkhenaton / Shurik'n / Kheops / Imhotep / Kephren

Articles connexes :

Marseille unité spéciale : anti crime auditif / La fin de mon monde / Juste un commencement / Berceuse vers la mort / Dehba au menu

Pourquoi cette musique ?

Le nouvel album d'IAM Rêvolution sort aujourd'hui, je n'ai pas eu logiquement le temps de l'écouter mais la musique du jour est disponible depuis quelques temps sur youtube avec un autre titre, monnaie de singe. Je ne juge donc pas encore l'album, mais bien la musique du jour. Un titre où ça chante (!), où ça balance et où ça frappe, que ce soit l'excellent son où le flow des deux Marseillais, récidivistes de la belle prose sans vulgarité.

J'ai la fâcheuse manie de lire les commentaires sur internet, l'un de mes amis me demande souvent d'ailleurs quel en est l'intérêt et je le rejoins aujourd'hui dans cette idée là. Dans le flot de commentaires positifs liés au retour du plus grand groupe de rap français, j'ai trouvé quand même pas mal de perle de haine, de diamant de mépris et de fiente lyrique. Dans ces quelques rares commentaires négatifs cependant, j'en ai synthétisé une problématique qui revenait souvent : 

Doit-on faire du Hip Hop à 50 ans ?

Ou plus précisément du Rap ? Un genre qui puise dans la misère et l'inégalité sociale pour structurer son combat lyrique ce qui explique d'ailleurs la pauvreté de l'horizon de ce rap estampillé hexagonal depuis plusieurs années hormis quelques cas d'école qui sortent du lot mais qui reste bien heureusement (?) sous les radars commerciaux. 

Les Marseillais quant à eux atteignent bientôt la cinquantaine et pose donc la question de la légitimité de faire du rap à cet âge qu'on associe plus à la raison qu'à la révolte. C'est d'ailleurs une sorte d'avant-gardisme (qui se ressent dans cette musique) d'avoir autant d'expérience dans le Hip Hop à cet âge là. IAM a la chance et le fardeau de devoir montrer que OUI on peut toujours faire ce qu'on aime et dire ce que l'on souhaite avec nos bouches et nos platines sans pour autant se vendre ou faire indéfiniment la même recette.

Ils sont confrontés au même problème que tout les artistes ont au bout d'une longue carrière : le devoir de se renouveler. Et c'est peut-être là que je nuancerais les critiques positives faite aux deux titres que l'on connais de ce nouvel album; je ne suis pas certain que la révolution soit totale et je ne suis pas certain que le rêve dont il parle dans cette révolution soit prioritaire. J'espère me tromper et que les autres titres de l'album révèlent l'essence de contre-pouvoir culturel qu'animait le groupe autrefois.

Pourquoi aujourd'hui ?

C'est du bon rap, du plutôt bon IAM, on entrevoit la lueur.

Que la musique soit avec crou, chaque jour !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article