Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un Jour, Une Musique.

Le maître de la mélodie (à la Française).

22 Mars 2017 , Rédigé par Léonard Sanchez Publié dans #Piano

Pour moi, l'art, la musique surtout consiste à nous élever le plus loin possible au-dessus de ce qui est.

Gabriel Fauré

Gabriel Fauré (1845-1924)

Titre : Impromptu No.2 in F Minor, Op.31

Intérprète : Pascale Rogé

Compositeur : Gabriel Fauré

Genre : Post-Romantique

Origine : Pamiers (Ariège)

Pourquoi cette musique ?

Disciple de Camille Saint-Saëns et par la suite maître de Georges Enesco et Maurice Ravel, ou encore Nadia Boulanger, Gabriel Fauré est l’un des plus grands musiciens français de la fin du xixe et du début du xxe siècle. Ses compositions ont l'honneur d'être reconnue comme original dans une époque où les plus grands compositeurs commençaient à être fortement influencé par Wagner. Ce contemporain de Liszt est considéré comme ayant trois période musicales dont voici un extrait par wiki :

Les trois périodes de Fauré

La première période s’étend jusqu’en 1890 et comprend certaines de ses œuvres les plus connues telles que la mélodie Après un rêve ou son Élégie pour violoncelle et piano. La sicilienne issue de sa suite Pelléas et Mélisande se rattache également à cette première manière. Celle-ci se caractérise par l’influence des musiques allemandes et italiennes et par un certain classicisme.

On fait généralement débuter la seconde période de Fauré des Mélodies de Venise (1891) au début du xxe siècle. Elle se caractérise par une grande finesse harmonique, un sens de la sensualité et de nombreuses audaces harmoniques (dans Shylock par exemple).

La troisième période comprend les cycles de mélodies de la fin de la vie de Fauré (La Chanson d'Ève (1910), Mirages (1919) ou encore L'Horizon chimérique (1921). On y range également son deuxième quintette en ut mineur (1921) ou encore son quatuor à cordes en mi mineur (1924). Cette période est contemporaine des problèmes de surdité qui affectent Gabriel Fauré. On a souvent expliqué de cette manière l'évolution de la musique de Fauré, caractéristique de cette troisième manière, vers un plus grand dépouillement, un plus grand statisme, jusqu’à devenir parfois comme immatérielle.

Cette « troisième manière » est sans doute la plus sujette à controverse et la moins bien connue. Certains la considèrent comme une période d’aridité et de déclin, tandis que d’autres y voient le génial aboutissement d’une quête musicale qui ne doit rien aux évolutions de son temps.

Pourquoi aujourd'hui ?

Et c'est Pascal Rogé, l'un des interprète français les plus reconnus du siècle dernier et de lui d'aujourd'hui qui nous joue l'Impromptu no.2 en F mineur du compositeur Français. Ce morceau en particulier a été joué à une audition des élèves du professeur de ma petite amie par un adolescent au talent précoce qui a scotché tout le monde. J'ai rapidement vu qu'il était différent des autres de son âge. La raison ? Le gros smile avant de commencer et tout le long du morceau. Quand on aime la musique et qu'on travaille, ça se passe toujours mieux avec son instrument !

Par contre gros bémol, moi qui ai un respect profond pour la performance musicale, pour le comportement de certains parents dans la salle, voir certain apprenti pianiste ! Bavardage, déplacement, claquement de porte et autre sonnerie de téléphone... OK c'est pas l'opéra de Paris mais attendez au moins que les minots aient finis de jouer leur morceau pour faire du boucan. Ingrat(e)s ! 

Que la musique soit avec crou, chaque jour !

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article