Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un Jour, Une Musique.

Brahms et Boop.

15 Mai 2017 , Rédigé par Léonard Sanchez Publié dans #Piano

Sans la maîtrise du métier, l’inspiration est un simple roseau agité par le vent.

Johannes Brahms

Johannes Brahms (1833-1897)

Titre : Danse Hongroise n°1

Compositeur : Johannes Brahms

Interprète : Kathia Buniatishvili & Yuja Wang

Genre : Romantique, Classique

Origine : Hambourg (Allemagne) / Georgie & Chine

Pourquoi cette musique ?

L'intérêt du musicien pour la musique tzigane fut très précoce : dès l'âge de dix-neuf ans, il accompagna le violoniste hongrois Eduard Reményi à travers l'Allemagne, qui l'initia à la musique de son pays et lui présenta Joseph Joachim. Celui-ci devint par la suite son ami.

Au nombre de vingt-et-une, les danses hongroises furent composées sur plusieurs années : les six premières furent proposées dès 1867 à un éditeur, qui les refusa. Les dix premières parurent en 1869 dans leur version pour piano à quatre mains. Les dernières ont été éditées en 1880.

Elles ne comportent pas de numéro d'opus, le compositeur ne les considérant pas comme des œuvres originales, mais de simples adaptations d'œuvres de musique traditionnelle. Il semble cependant que les thèmes des onzième, quatorzième et seizième soient totalement originaux.

Il en existe de nombreuses transcriptions. Seules la première, la troisième et la dixième furent orchestrées par Johannes Brahms lui-même, en 1885. Le compositeur allemand Albert Parlow orchestra les onzième, douzième, treizième, quatorzième, quinzième et seizième. Le compositeur tchèque Antonín Dvořák fit les orchestrations des cinq dernières. Les autres furent orchestrées par le chef d'orchestre suédois Johan Andreas Hallén (deuxième), le compositeur russe Paul Juon (quatrième), Schmeling (cinquième, sixième et septième) et Gál (huitième et neuvième). Brahms fit un arrangement des dix premières pour piano seul. Son ami le violoniste Joseph Joachim en fit également une version pour violon et piano.
 

Pourquoi aujourd'hui ?

Ma petite amie étant une fan absolue de Kathia Buniatishvili, nous avons attendu la séance de dédicace après son concert au festival de pâques à Aix où elle joua quelques danses hongroises avec sa soeurs pianiste également. J'ai pu constater de mes propres yeux le charisme qu'avait ce petit bout de femme et je compris pourquoi son jeu était aussi radieux et sensuel. Elle dégage une aura, une force tranquille intimidante et joyeuse à la fois. Une grande artiste.

Que la musique soit avec vous, chaque jour !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

LMC 17/05/2017 09:53

Rien de tel que de découvrir un compositeur grâce à un interprète de talent ! Un opus peut être considéré comme moyen au départ, mais très bien joué par un bon musicien, il retrouvera toute sa superbe ! Cela étant l'inverse est aussi possible. En l'occurence, la musique de Brahms étant déjà très agréable à écouter, j'avoue que ces deux pianistes en font vraiment un morceau d'exception !