Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un Jour, Une Musique.

Pierre Henry; l'électro-prêtre.

11 Août 2017 , Rédigé par Léonard Sanchez Publié dans #Electro - Dubstep

« Les compositeurs travaillent avec des sons à tout faire, l’équivalent des notes de musique. Moi, je n’ai pas de notes. Je n’ai jamais aimé les notes. Il me faut des qualités, des rapports, des formes, des actions, des personnages, des matières, des unités, des mouvements. /…/ C’est insuffisant, les notes. Ça n’est rien. Ça se perd. C’est bête. On ne peut pas travailler avec les notes. Les notes, c’est bon pour les compositeurs. »

Pierre Henry

Pierre Henry (1927-2017)

Titre : Messe pour le temps présent

Compositeur : Pierre Henry

Genre : Electroacoustique

Origine : Paris

Pourquoi cette musique ?

La Messe pour le temps présent est une suite de danses composée par Pierre Henry et Michel Colombier, sur commande de Maurice Béjart pour sa création chorégraphique, lors du festival d'Avignon de 1967, dans la cour d'honneur du palais des papes, avec le Ballet du xxe siècle. Le ballet sera dédié à Patrick Belda, tué dans un accident de voiture alors que les répétitions avaient commencé. La pièce revient au festival d'Avignon de 1968 pour 19 représentations et suscite un retentissement considérable.

Le morceau demeuré le plus célèbre est Psyché Rock (piste 2), repris dans de multiples films ou spots publicitaires, ainsi que remixé par de nombreux artistes et musiciens, notamment Fatboy Slim en 2000. L'air en est librement inspiré du célèbre standard de garage rock Louie Louie, écrit par Richard Berry en 1956, et rendu célèbre par les Kingsmen en 1963. Il se rapproche également fortement du morceau des Rolling Stones Get Off My Cloud. Psyché Rock a été enfin pastiché pour le générique de la série Futurama.

La Musique concrète

Le compositeur de musique concrète ou acousmatique travaille directement avec les sons eux-mêmes, enregistrés et fabriqués le plus souvent par ses soins (en les écoutant au travers des haut-parleurs, via la chaîne électroacoustique, dans l'atelier des sons : le studio) jusqu'à façonner et finaliser, de la sorte, une œuvre sonore composée, montée, mixée… pour une durée définitivement fixée (la même durée fixée que l'on retrouve dans l'art cinématographique par exemple) et qui sera considérée, une fois achevée, comme une fiction autonome.
Le terme de « musique concrète », en cela, et selon Pierre Schaeffer lui-même, s'oppose à celui de « musique abstraite » — musique qui nécessite le concours d'une écriture sur partition et des interprètes instrumentistes pour donner à entendre l'œuvre conçue par le compositeur. On parle alors de démarche concrète, à la différence du compositeur de musique abstraite qui compose sans entendre concrètement le résultat sonore de sa musique. Il ne fait pas l'expérience du résultat sonore pour composer.

Pourquoi aujourd'hui ?   

Pierre Henry nous quitta le mois dernier, je dois avouer que j'ai beaucoup de mal avec la musique concrète dont j'admire pour autant la démarche très marginale, je ne suis cependant pas certain qu'elle conduise quelque part à moins de considéré que la musique électronique en est la mutation logique. Dans tout les cas, Pierre Henry aura été et restera un précurseur et un "compositeur" indépendant de toute concept musical abstrait qui dirige à 99,9% notre univers d'écoute.

Que la musique soit avec vous, chaque jour.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article