Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un Jour, Une Musique.

Cet homme en blanc.

30 Septembre 2017 , Rédigé par Léonard Sanchez Publié dans #Piano

La musique à ce point de perfection possède le pouvoir étrange de faire le vide à la fois de quoi que ce soit qui tombe d'autre sous le sens et de tout ce qui semblait vous occuper la tête et le cœur. Elle est comme une grande mémoire où s'efface le paysage environnant .

Aragon à propos de la musique de Schumann

Robert Schumann (1810 - 1856)

Titre : Arabesque Op.18

Compositeur : Robert Schumann

Interprète : Evgeny Kissin

Genre : Romantisme

Origine : Allemagne / Russie

Article connexe :

Eugène l'ingénu génie

Pourquoi ce compositeur ?

Non non, aucune allusion à la triste maladie qu'avait le compositeur avec ce titre.

W : Robert Schumann a abordé, avec un succès divers, presque tous les genres de son époque. Sa création est un point culminant du romantisme en musique, qui se caractérise par l'importance donnée à la subjectivité, en opposition avec l'universalisme de la période classique. Il est, après Schubert et avant Brahms, l'un des maîtres du lied, un genre romantique prisé dans les pays germaniques. Il assouplit les règles des formes classiques, ou s'en affranchit dans ses pièces courtes, mais au lieu de faire exploser le cadre et de tendre vers l'inflation des dimensions, comme ses successeurs romantiques ou post-romantiques, il évolue progressivement vers des formes plus resserrées, annonçant en cela l'impressionnisme de la musique française de la fin du siècle.

L'homme en blanc 

J'ai eu la très grande chance de voir Kissin à la roque d'Anthéron cet été et je peux dire facilement que c'est la meilleure performance pianistique que j'ai vu jusque là. Il a joué la 29eme sonate de Beethoven, Hammerklavier (j'ai pleuré au 3eme mouvement, pas le choix) que je pense présenter très rapidement sur mon blog ainsi qu'un paquet de prélude de Rachmaninov, sans compter les trois bis de génie. Parce que oui, Kissin est un génie, c'est difficile à expliquer mais quand vous le voyez arriver avec son costard blanc et son attitude d'adolescent rêveur, il y a tout de suite quelque chose qui fait tilt dans votre tête.

Puis après il commence à jouer et là c'est festival : technique, fluide, aisé, généreux, facile, stylé... C'est Mozart. C'est notre Mozart contemporain bien qu'il compose peu encore, sa précocité exceptionnelle et son talent ne peuvent que nous le faire comparer à l'Autrichien.

Et puis la séance photo... un paquet de monde. 

Je me souviens que ma copine s'approche pour le prendre en photo (pour elle, c'est un Dieu vivant) et qu'il lui sourit en mode "beaugosse j'suis easy Beethov' keskya". Ce mec a 45 ans on dirait toujours le jeune homme qui remplissait à ras bord le Royal Albert Hall quand il avait 20 ans de moins en offrant 9 bis légendaire dans une salle qui n'avait pas vécu ça depuis des décennies.

Puis il est cool, sympas, vraiment très simple et vraiment, vraiment ingénue.

Pourquoi aujourd'hui ?   

J'ai rêvé de Schumann, je l'explique pas. Je voyais ma copine jouer du Rachmaninov dans mon rêve et une vieille dame s'approche de moi et me dit : c'est du Schumann ? 

Bizarre, j'avais jamais vraiment écouté ce compositeur avant ça.

Que la musique soit avec vous, chaque jour !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article