Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Un Jour, Une Musique.

Les rats de cave.

17 Mars 2018 , Rédigé par Léonard Sanchez Publié dans #Jazz Instrumental, Fusion

Quel intérêt un tel salut présenterait-il.
Une béatitude d’esclaves, un salut d’esclaves, une béatitude serve, en quoi voulez-vous que ça m’intéresse.
Aime-t-on à être aimé par des esclaves.

Charles Péguy

Giants Of Jazz play Brassens (1979)

Titre : Le temps ne fait rien à l'affaire

Artiste : Cat Anderson

Genre : Jazz

Origine : Etats-Unis / France

Articles connexes :

Magnéto Serge / Le drapeau noir de la paix

Pourquoi cette musique ?

W : Amateur de musique de jazz depuis ses dix ans, sa présence ne fut pas incongrue en 1951, lorsque Georges Brassens se produisit sur la scène du club Le Vieux Colombier, fief des musiciens de jazz et des « rats de cave », situé dans le quartier parisien de Saint-Germain-des-Près. Dans cet univers, il rencontra pour la première fois le batteur de jazz, Moustache au Vieux Colombier de Juan-les-Pins, autre club de jazz incontournable dans les années 1950 à 1960. Lors de leurs retrouvailles, de nombreuses années plus tard (vers 1976), Moustache lui fit la promesse d’adapter et d’enregistrer ses chansons en jazz. Pour ce faire, il fit appel à Benny Vasseur, François Guin et Jean-Gabriel Bauzil et les joignit au groupe qu’il venait de former : Les Petits Français. Bien évidemment, il associa à cette entreprise Brassens et ses deux fidèles accompagnateurs : Pierre Nicolas et Joël Favreau. De surcroît, il usa de la présence à Paris de cinq prestigieux solistes américains, pour solliciter leur concours : Cat Anderson, Eddie "Lockjaw" Davis, Dorothy Donegan, Harry 'Sweets' Edison, et Joe Newman. Les arrangements furent confiés à Michel Attenoux.


L'album qui en résultat, fut intitulé, Giants of jazz play brassens. Cet ouvrage fut distingué par l'Académie du disque français, le Grand Prix de la ville de Paris et le Trophée n°1 d’Europe 1, en 1979.

Pourquoi aujourd'hui ?   

Une pensée pour un ami décédé cet hiver qui était le plus grand fan de Brassens.

Que la musique soit avec vous, chaque jour.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article